lundi 19 juin 2017

La mort n'est jamais bien loin...

Ohayo mes chers kanji !
En ce 19 juin, j'avais très envie de vous parler d'un des derniers survival game sorti en librairie. Il s'agit d'une licence de Kana, j'ai nommé Death's Choice !

Résumé :
Kazuto Satô développe une application qui permet de voter afin de déterminer qui est l’élève le ou la plus populaire de la classe en plusieurs tours d’élections. Pourtant, ce qui était censé n’être qu’un jeu va tourner au massacre ! À l’issue de chaque tour, les élèves les moins populaires meurent subitement… La classe tout entière sombre dans l’incompréhension et la terreur ! Survivront-ils assez longtemps pour découvrir la vérité !?

Fiche technique du volume :

Titre du tome VF : Death's Choice
Editeur VF : Kana ( Big Kana )
Catégorie : Seinen
Date de sortie française : 21 avril 2017
Scénariste : G.O.

Dessinateur : Tatsuhiko
Story-board : Chihiro
Prix : 8,75
Pages : 304
Nombre de tomes : 3 ( tome 2 prévu pour le 7 juillet, le dernier pour le 1er octobre )
Age conseillé : 14 ans et + ( pour public averti! )






Critères de notation de ce tome 1 :

Attachement aux personnages : 3.5/5
Qualité des dessins : 3.5/5
Couverture : 4/5
Immersion dans l'histoire : 4.5/5
Originalité : 3/5
Intérêt : 4.5/5
Scénario : 4/5
Total : 3.75/5

Ma chronique :
D'habitude, je suis plutôt du genre à avoir peur rapidement et surtout pour un rien. Je me suis mise à regarder de plus en plus de jeux de survie et je dois dire que j'ai accroché avec répulsion mais aussi avec fascination à ces machinations diaboliques et surnaturelles. Effrayée par l'horreur ou le trop-plein de sang, cette série m'a pourtant tentée à sa seule vue. J'ai lu le roman King's Game et je sais pertinemment de quoi il retourne dans Another... c'est donc pour cela que je qualifierai notre nouveau bébé d'à mi-chemin entre les deux... en beaucoup plus intelligent, innovateur et stressant.


En lisant le résumé, la première réaction qui nous vient alors est : "Comment ? Encore un énième survival game comme Le Jeu du Roi ? Je passe mon chemin !". Et pourtant, je pense sincèrement que, amateurs ou non, ( et principalement aux personnes voulant s'immerger dans ces jeux sadiques de massacre !), vous laisseriez passer... une vraie bombe.


Nous suivons une classe de 39 élèves, en deuxième année de lycée, qui débutent la nouvelle année. Certains se connaissent, d'autres se cherchent... Quoi de mieux qu'organiser un jeu pour nouer des liens ?
C'est ainsi que le boute-en-train de la classe met en place un logiciel destiné à établir un classement de popularité des filles. 5 jeunes demoiselles sont choisies, celle qui a le moins de votes à la fin de la journée est évincée de la course et, aléatoirement, 5 nouvelles personnes sont désignées, jusqu'à ce qu'il n'en reste, bien sûr, qu'une seule. Voilà en quoi consistait seulement ce jeu, malsain sur les bords. Déjà, on nous met en garde contre cette forme de "harcèlement". Jouer contre quatre autres participantes est plus "doux" que contre toute la population féminine de la classe, en ce sens, la réaction de la perdante devrait plus tenir de la vexation que de l'humiliation suprême. Mais... qui connaît le coeur d'une jeune fille ? Une plaisanterie de mauvais goût, pourtant lancée de façon innocente, ne peut-elle pas anéantir quelqu'un de façon irrémédiable ?


Garçons, aussi bien que filles, ont un rôle à jouer dans cette histoire. Chaque garçon doit voter pour élire sa préférée, les filles ayant la possibilité de remplir et compléter une fiche préalablement créée sur elle avec les informations récoltées par le maître du jeu. Mais comment juger ? Par le physique, l'aura, l'allure, le bon sens ? Si des éléments extérieurs et intimes n'étaient pas pris en compte ?


Dès le premier tour, on se doute bien qu'il y a aura quelqu'un qui ne survivra pas. La moins populaire avec aucun vote se voit classée dernière.  Le lendemain matin, ses camarades apprennent son suicide de la bouche de leur professeur principal. Simple coïncidence ? Une de ses amies avoue que cette dernière avait déjà été victime de persécutions morales. En ce sens, la demoiselle s'est-elle donnée la mort pour échapper à d'autres éventuelles représailles (sachant qu'elle n'était pas en cours ce jour-là et qu'elle n'a donc pas pu saisir la portée de ce fameux site) ?


Bien que tous "responsables", ce fait aurait pu être classé comme une malheureuse affaire "isolée"... Mais vous vous doutez bien que cela ne va pas en rester là. D'autres élèves vont tomber comme des mouches, les uns après les autres. Certains vont se donner la mort pour expier leur culpabilité, d'autres se voient mourir de façon accidentelle : chute dans les escaliers, accident de voiture...


Mais est-ce le jeu ? Quelqu'un est-il responsable de cette série de meurtres qui ne touche que la 2°A ? Peu à peu, le lycée se retrouve aux élèves, obligés de se présenter en classe alors que les cours sont naturellement suspendus pour enquêtes. Forcément, les parties s'enchaînent, malgré la volonté de tous de stopper cette hécatombe. Pour cela, faut-il échapper au chiffre ultime ? D'autres règles extérieures et inconnues viendront-elles perturber le déroulement de ces osselets ? Car le créateur du jeu est mort... et un élément extérieur ne cesse de renouveler le game... Qui va mourir ? Comment faire pour échapper à ce jeu ? Y-a-il seulement un moyen ? Suppression du site ? Stopper entièrement les votes ? Sacrifice ? Qui est le mystérieux "messager" ? Un élève de la classe ? Le fantôme vengeur de la fille premièrement morte ? Les participants meurent-ils automatiquement s'ils sont à égalité ? Faut-il tomber à zéro pour mourir ? D'autres personnes sont-elles en mesure d'être tuées alors qu'elles ne sont pas candidates au tour ?


L'ensemble des morts est déstabilisante, de base, car elles paraissent vraiment plausibles et naturelles... mais, vers la fin, les derniers élèves s'éteignent de façon violente, horrible ( qui suis-je pourtant pour juger que telle ou telle mort est plus appréciable ?! ), surnaturelle, impensable. Tout est chamboulé, nos pistes n'existent plus et l'on revient à zéro, ce qui est très dangereux ! J'ai lu ce tome d'une traite, j'ai avalé les 300 pages comme du petit lait en une bonne heure. L'après-midi même, je l'ai relu, carnet à la main. J'ai consigné mes théories, les élèves, leurs morts, les règles, leurs implications dans le jeu, s'ils étaient à élire ou non... J'ai bien retrouvé tout les noms, et établi une liste complète avec tout ce que je savais. A la fin du jeu, notre effectif passe de 39 à 20 et ce, en un seul volume...


Ce manga est un page-turner terriblement addictif, où la tension monte crescendo. L'angoisse augmente petit à petit, les twists et les retournements de situation sont hyper nombreux, toutes nos certitudes sont remises en question en une fraction de seconde, une seule page, pour retourner à leur état initial ou se fracasser lamentablement par terre.


Tout n'est pas "tracé", "écrit", "délimité" comme dans King's Game ( bien que des règles s'ajoutent au fur et à mesure, elles sont en quelque sorte "prévenues" à l'avance ) et tout se découvre au prix de notre tête. On pressent des morts qui n'arrivent finalement pas, que telle ou telle personne, blessée, va logiquement rejoindre le ciel, on se prépare à devoir lui faire nos adieux mais non, non, non ! Il se passe énormément de rebondissements inattendus pour le meilleur comme pour le pire et on se sent comme une souris prise au piège dans les pattes d'un chat qui jouerait avec nos nerfs comme avec une pelote de laine. Mes yeux se sont maintes fois arrêtés sur des mots, j'ai serré le volume contre moi, abasourdie et la page d'après, je me suis rendue compte que mon coeur s'était emballé beaucoup trop vite. Et d'un côté... Quelle sensation ! Oui, c'en était parfaitement jouissif. On se transforme en véritable détective et la traque n'en sera que plus haletante et plus passionnante si vous vous procurez une feuille où inscrire vos notes. Whouah ! 300 pages de pur sadisme mais aussi de pur bonheur pour moi !


Et tellement d'éléments et de personnages que nous ne connaissons encore pas ! Je suis sûre que le jeu a encore bien d'autres couperets et sentences à nous offrir... Dire que je déteste les thriller et le domaine policier d'habitude !
Au final, malgré les pistes données par les auteurs, je sais pertinemment que je n'y crois pas, que je suis menée en bateau... n'est-ce pas ? Dois-je justement y croire parce que le coupable paraît trop simple pour être  seulement envisagé ? Le sexe de la personne indiqué est-il seulement vrai ?
Tout est remis en question à cause de ces premières pages justement ! Ces impitoyables pages en papier glacé, qui, je le crains, soient la fin du dernier volume... Est-ce donc cette personne, qui paraît pourtant si atterrée ? Est-ce une apparence ? Est-elle réellement celle que l'on cherche mais a-t-elle évolué au point de craindre l'ordonnance de la mort ? A-t-elle seulement peur de se salir les doigts ? Arrrrrrgh.


En plus, avec cette fin du tonnerre, je n'en peux plus d'attente la suite ! Cela promet d'innombrables jets de sang mais aussi des questions et des réponses ! Tout va-t-il dépendre de notre personnage principal ? Comment va réagir la fameuse élève qui paraît si impliquée ? Ma chouchoute va-t-elle mourir après s'être réellement déclarée ?
J'ai peur... si peur... j'ai l'impression qu'il ne pourra en rester qu'un... ou qu'une... et je ne sais pas comment je le vivrai alors que mon coeur sera déchiré en mille morceaux, organe presque mort avec les autres.


En dehors du scénario, parlons de tout le reste ! Notre personnage principal s'appelle Shûsuke et, à première vue, il n'a franchement rien de particulier. Il n'est pas spécialement beau, ne présente pas de qualités ou un charisme éblouissant... bref, il se fond dans la masse, c'est un passe-partout comme toi ou moi. Et on s'attache tout naturellement et progressivement à lui. On salue ses idées, ses opinions, son désir de mettre fin au jeu et le fait qu'il ne se laisse pas marcher sur les pieds. Il est suspect et à la fois respecter et il a su me mettre en confiance à m'inspirer de bons sentiments. J'espère vraiment une fin à sa hauteur...


Ensuite, il y a Wakaba, la jeune fille sur la couverture. Je suis persuadée qu'elle est rousse quand je l'imagine mais c'est une belle blonde. Je m'y suis également beaucoup attachée et son design est superbe, c'est la personne la plus expressive et la mieux dessinée du lot. J'ai applaudi son sens de l'enthousiasme, et son beau sourire mais je me reconnais tellement en elle avec ses craintes et ses doutes... Et c'est celle, avec son ami, qui a le plus la tête sur les épaules. Elle ne s'embarrasse pas de réflexions inutiles et rappelle à l'ordre quiconque se disperse. Elle est très sensible et chaque perte d'un camarade l'affecte profondément et pourtant, elle se ressaisit.  Wakaba, ma belle, continue à vivre, je t'en prie !


Ensuite, nous découvrons le jeune homme ayant mis en scène le jeu. On a besoin de lui malgré tout pour une touche légère et pleine d'humour ! Il m'a donnée des pincements au coeur, c'est un bon vivant qui, maladroitement, essaie de pimenter la vie de tous et de se faire des amis...


Puis, il y a Rumiko. Et cette déléguée, je ne sais pas quoi en penser... C'est pourtant une des premières à m'avoir touchée et émue mais on se rend vite compte avec elle que la nature humaine n'est pas que noire ou blanche... que sa propre survie est parfois plus importante que le reste... et elle sait des choses, plus qu'elle ne veut le dire, je le sais ! Elle possède deux personnalités et j'ai peur des conséquences de la deuxième...


Il y a également beaucoup d'autres personnages mais je ne peux pas vous les présenter car ce serait trop long. La dernière est la petite Saya, que j'ai trouvé absolument adorable, mais je ne vous dirai pas pourquoi pour ne pas vous gâcher le plaisir. Mais, beaucoup de ces personnages m'ont, eh oui, fait penser à ceux de King's Game ! Et parfois, j'ai eu l'impression que l'avenir de l'un était donc l'avenir de son double dans Death's Choice... A vous donner le frisson non ?
De plus, des prénoms dans Another et Re/Member, deux survival game, sont introduits dans ce volume et les références m'ont collé la chair de poule.


Si je devais parler des dessins, je les dirai "classiques" mais franchement efficaces. Wakaba a énormément de charme, et les expressions sont très bien retranscrites pour instiller la peur ou l'espoir. Les traits du dessinateur sont fins mais les planches rendent la plupart du temps justice aux émotions contenues dans les pages. L'horreur et le gore sont explicites à chaque tournant alors si vous êtes franchement sensibles, ne lisez pas cette série. Quant aux décors, ils sont minimes et très simples et l'on se concentre donc mieux sur les éléments centraux.


Je sens que le tome 2 va se révéler encore plus éprouvant... je suppose que les élèves vont s'entretuer pour un oui ou pour un non et que l'on verra les limites du mental de chacun... déjà bien affaiblies avec ce volume. Et ce que j'ai aimé, c'est qu'ils ne soient également pas trop stéréotypés.


N'étant pourtant pas friande de survival game, Death Choice s'est révélé être une excellente lecture, proche du coup de coeur  pour moi et, qui sait, peut-être même que la suite et la conclusion de la série l'amèneront à se classer définitivement parmi mes lectures favorites du genre au cours de cette année 2017. Extrêmement prometteur ! J'attends un dénouement et des explications poussées, originales, et recherchées !




Extraits :
-Salut les amis ! Alors... vous vous êtes bien marrés ? Ici Kazuto Satô, maître des votes, pour vous servir ! Le cerveau derrière toute cette machination, c'était moi ! Nan, je déconne ! Alors, qui est la grande gagnante du classement ? ça correspond à vos prévisions ? A moins qu'une nouvelle idole soit née ? Allez, ne vous fâchez pas !
Grâce à ce petit divertissement, je suis persuadé que vous avez appris un tas de choses sur tous vos camarades de classe ! Mais n'oubliez pas : ce classement n'avait pas pour but de juger les gens. Il en faut bien plus que ça pour découvrir la vraie valeur d'un être humain. C'est pourquoi j'espère que nous pourrons apprendre à nous connaître davantage, et nous créer de bons souvenirs tous ensemble ! D'accord ?
Allez, à plus ! Je compte sur vous pour passer une agréable année scolaire !

-Si tu as survécu jusqu'ici, tu dois avoir remarqué... que dans ce monde rempli de mensonges et de fourberies... certaines vérités demeurent immuables. "2" vaudra toujours plus que "1". C'est la règle absolue qui nous gouverne tous. Voilà pourquoi... tu dois me tuer !

-L'être humain ne vit pleinement que lorsqu'il poursuit un rêve. Cependant, ce sont aussi ses rêves qui le détruisent.

La couverture :
Je la trouve très belle même si, elle incite un peu à "l'achat" par le côté "belle lycéenne joliment vêtue de son court uniforme", ce qui ne m'a pourtant pas dérangée. J'y retrouve ma belle Wakaba et j'ai été agréablement surprise car son air donne juste l'impression qu'elle est prise aux pièges car poursuivie par des... personnes "malintentionnées" mais ici, on ne tombe pas dans le "viol", le pelotage de poitrine, etc... j'espère que ça sera le cas pour la suite et qu'il n'y aura pas de perversité notable. Du fan-service, à l'intérieur de ce volume, il y en a. Un peu mais rien de bien dérangeant et on l'oublie très vite. La couverture et sa quatrième d'ailleurs nous mettent bien en garde contre l'ambiance avec les papiers rouges s'apparentant à des bulletins de vote couleur sang, le bureau de l'élève et la peur se lisant sur le visage de la demoiselle. Le logo est superbe et nous fait très bien frissonner, surtout à la façon dont se rejoignent le T et le I. Derrière, les photos des élèves sont noyés dans l'écarlate avec le résumé par dessus. L'eau à la bouche ? A éviter après le petit-déjeuner !
J'aurai bien aimé, comme dans d'autres mangas, une liste avec les portraits des lycéens barrés d'une croix sanglante pour indiquer les morts mais au moins, ça nous oblige à le faire nous-mêmes et c'est génial ! Possibilité qu'il y en ait une en guise de rappel dans le tome 2 !

N'ayez pas peur du prix, pour moi il en vaut largement le détour ! ;)



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire