jeudi 15 juin 2017

Légendes folkloriques et cheveux magiques, beaux garçons et adorable héroïne en détresse, baston et kawaiisme... Le retour ébouriffant de Ema Toyama - Lovely Hair tome 1

Ohayo mes chers kanjis !
Aujourd'hui on se retrouve pour parler de la dernière œuvre de Ema Toyama ( l'auteure de Love Mission <3 ) publiée chez Pika Edition !
J'avais lu le début de ce manga en scans et franchement j'avais adoré, je sentais le coup de coeur venir ! Et c'est effectivement le cas ! Même si le tome était franchement beaucoup trop court ! Et pas seulement parce que je l'ai lu d'une traite !


Résumé :
Quand les dieux s’en mêlent...
Mashiro vit confinée dans une petite pièce. Son seul contact avec l’extérieur se résume à la visite quotidienne de Hayate. Mashiro n’est pas une adolescente ordinaire. Descendante d’une lignée de prêtresses qui accueillent, lors de la cérémonie du Kami Kami Kaeshi, les dieux éreintés dans leur chevelure, Mashiro est un être précieux qui suscite bien des convoitises même au sein de sa propre famille. Sa tante la déteste et souhaite l’enfermer pour toujours. Alors que l’adolescente décide de s’enfuir, un dieu s’échappe de ses cheveux et elle se transforme en une ravissante jeune fille…
C’est le début d’une aventure peuplée de créatures divinement belles et d’une nouvelle vie pour Mashiro !
Après Love Mission et GDGD Dogs, on retrouve avec plaisir Ema Toyama. Cette fois, la mangaka s’essaye avec brio au registre fantastique et dépeint la culture japonaise à travers les tenues traditionnelles, la religion shintoïste et ses nombreux dieux. Sous la plume de la mangaka, la découverte du monde par Mashiro est décrite avec beaucoup d’humour : l’adolescente qui ne connaît rien et ne sait rien faire va, de découverte en découverte, devenir une jeune fille forte et attachante.




Informations sur le manga :

Titre du tome VF : Lovely Hair
Editeur VF : Pika
Catégorie : Shôjo
Date de sortie française : 8 février 2017
Mangaka : Ema Toyama
Prix : 6,99
Pages : Même pas 160 pages :c


Evaluation du manga :
Attachement aux personnages : 4/5
Qualité des dessins : 4.5/5 ( je suis toujours aussi amoureuse du trait de Ema Toyama )
Couverture : 4.5/5 ( le côté gauche du ventre de l'héroïne me stresse mais ensuite, j'aime trop la couverture !)
Immersion dans l'histoire : 4.5/5
Originalité : 4/5
Intérêt : 5/5
Scénario : 4/5 ( cela se tient mais cela va trop vite! )
Total : 4.5/5 coup de coeur <3


Ma chronique :
Je n'en ai jamais parlé mais qu'est-ce que j'aime Ema Toyama. Amoureuse de Love Mission et du chara design et possédant seulement les tomes 2 et 3 de sa série GDGD Dogs, j'attendais énormément de ce nouveau shôjo. Et je n'ai sûrement pas été déçue. Je crois vraiment que je vais passer un super moment avec cette série terminée en huit tomes.

Et j'ai beaucoup aimé qu'elle s'intéresse au fantastique tout en gardant de magnifiques personnages masculins et une héroïne des plus adorables. Puis ces graphismes, comme dit plus tôt, c'est juste... whouah. On ne remplacera pas aisément cette mangaka dans mon coeur au niveau shôjo. En plus, la voir combiner le folklore et son style habituel, comment vous dire que j'étais déjà conquise avant même l'entrée en scène du manga. 


On suit la petite Mashiro ( "toute blanche" ) , confinée dans une pièce depuis qu'elle a trois ans. Sa tante Akane ( "démon" et on comprend pourquoi ) la déteste et ne s'occupe pas d'elle, si ce n'est lorsqu'elle lui inflige de mauvais traitements quand elle tente de quitter l'endroit où elle est enfermée. L'enfant assume une lourde responsabilité. Dans ses cheveux reposent des Dieux et elle doit les entretenir tous les jours sans les couper pour permettre aux divinités de recouvrer leurs forces avant de pouvoir réintégrer leurs fonctions. Elle reçoit la seule visite de Hayate, son ami d'enfance qui est ce qu'on appelle un "maître des peignes", c'est à dire qu'il s'occupe des cheveux de Mashiro pour permettre aux Dieux de se rétablir plus rapidement. Seulement, en treize ans, aucun Dieu n'est sorti de la chevelure de la protagoniste. Ma' c'est une fille tellement craquante et adorable, en somme une vraie petite Raiponce ! Elle veut voir le monde et son geôlier et seul ami lui répète que l'extérieur est froid, corrompu, cruel et sans intérêt et qu'il vaut mieux pour elle qu'elle demeure "protégée" à jamais. En plus de prier sans relâche, elle lit et en apprend toujours plus sur l'univers dont elle a été privée. On apprend qu'elle n'a jamais réellement tenté de s'enfuir parce que sa tante l'a menacé de ne jamais lui rendre sa mère tant que les Dieux ne seront pas sortis de sa chevelure...
En échange de la protection capillaire, la personne a le droit, une fois que le Dieu a "éclos", de lui demander un souhait. Un jour, la jeune fille exprime le vœu si fort d'être enfin libre qu'un Dieu s'échappe de sa chevelure et qu'elle se voit rendre le corps dont elle a été privée. Eh oui, Mashiro a 16 ans et non pas six ! Si vous remarquez sur la couverture, elle a deux minuscules couettes blanches et ce sont en réalité de toutes petites apparitions divines qu'elle appellera Uno et Sano ( "gauche" et "droite" ) et lorsqu'ils se raccrochent à la jeune fille, elle peut ainsi retrouver son vrai physique. Je ne vous dirai pas pourquoi les Dieux sont restés scellés si longtemps, découvrez-le par vous-mêmes ainsi que la raison pour laquelle la tante est très cruelle envers sa nièce. Toujours est-il qu'elle réussit à s'enfuir avec Hinokagu, le dieu du feu et qu'elle va pouvoir découvrir le monde. C'est sans compter Hayate qui se joint à la partie. Ils vont trouver refuge dans un temple dédié à la divinité et vont faire la connaissance de nouveaux personnages.
J'ai eu un vrai coup de coeur pour Mashiro. Cette adolescence coincée dans un corps de fillette si authentique, vraie, pure qui a toujours justement cette mentalité et cette vitalité d'enfant dont elle a été privée. C'était tout bonnement adorable de la voir s'émerveiller devant le moindre paysage, la moindre goutte d'eau, le moindre grain de riz ! Elle qui ne connaît absolument rien aux technologies, aux tâches ménagères, à l'argent, l'école, et tout ce qui fait vraiment d'elle une personne à part entière qui a le droit d'être belle et libre. On a envie de la serrer dans nos bras, de la câliner, la protéger et de lui promettre que tout ira bien.
Ensuite, il y a donc la divinité aux beaux cheveux flamboyants. Encore un beau garçon pour lequel je craque ! Il m'a bien fait rire au cours de ses prises de bec avec Hayate et son langage typiquement adolescent, loin de la "classe" qu'on penserait retrouver chez un Dieu. C'est un garçon bien, doux, chaleureux, protecteur, qui est fier de sa condition et souhaite apporter son aide à ceux qui croient en lui.
J'ai été mitigée concernant Hayate. S'il me rappelle Shigure de part son physique, et son sarcasme, je ne suis pas plus tombée sous le charme. Je l'ai trouvé un peu lâche pour ne pas avoir osé faire plus pour Mashiro lorsqu'elle était enfermée et de ne pas avoir tenté de la faire sortir alors qu'il était au courant de sa résolution concernant sa mère. Mis à part ça, on sourit facilement lorsqu'il se dispute avec son rival et qu'il "fantasme" sur Mashiro.
Ensuite, il y a un grand-père et une jeune fille. Asagi ressemble à Yukina par son côté méfiant, pragmatique, qui aime que les choses soient faites proprement et à sa manière. Elle paraît "tsundere" mais on sait pertinemment qu'elle a un bon coeur et qu'elle est émue devant la petite fille et que oui cela lui fait plaisir de côtoyer de nouvelles personnes.
La fin arrive beaucoup trop rapidement ! Je m'attendais à une vingtaine de pages de plus et puis... plus rien.
Surtout avec l'arrivée d'une... personne cherchant à reprendre l'enfant et la mystérieuse aide reçue par Mashiro à la fin alors que tout semble perdu...
En clair, j'ai tellement hâte de lire la suite de ce compte fantastique, plein de magie, de poésie et de douceur !
Les dessins sont toujours aussi magnifiques, j'adore l'expressivité des personnages, leurs traits et le charisme qui se dégagent des graphismes. Ema Toyama a également la facilité de créer des personnages super attachants dès le départ pour lesquels on se prend d'affection. Et on prend plaisir à la suivre dans un nouveau thème ! Ici ce n'est plus de romans sur mobiles dont on parle, ni du lycée, mais de l'exploration de légendes, de rituels japonais !
Le tout avec cette chaleur que j'aime tant. En bref, un petit coup de coeur ! Mention spéciale à la délicieuse couverture française ! Pour celles qui adorent celle-ci mais grognaient de base comme moi pour ne pas avoir la VO, cette dernière est en quatrième de couverture. Et c'est parfait, parce que la VF est super colorée et on retrouve Mashiro avec un dieu, exactement comme dans les sept autres volumes dont les couvertures japonaises seront les mêmes en français. Très bon travail de la part de Pika au niveau de l'édition, les émotions sont bien retransmises de part les mots, le logo est sweet sans être extravagant, l'appellation en anglais assez sympathique et la qualité du papier inchangée telle qu'on la connaît. 

A lire pour toutes les amatrices de shôjo qui ont envie de découvrir un univers original, peuplé de beaux garçons, d'une Mashiro à croquer et de supers dessins ! Lisez ! <3



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire