lundi 17 juillet 2017

Wizard's Soul tome 1



Fiche technique du volume :
Titre VO :  Wizard's Soul - Koi no Seisen
Editeur VF : Doki-Doki
Catégorie : Seinen 
Date de sortie française : 5 octobre 2016
Mangaka : Aki Eda
Prix : 7.50
Adapté en animé : Non
Nombre de tomes : 4 (terminé)



Critères de notation de ce tome 1 :
Attachement aux personnages : 4/5
Qualité des dessins : 3/5
Couverture : 4/5
Immersion dans l'histoire : 3.5/5
Originalité : 3.5/5
Intérêt : 3.5/5
Scénario : 4/5
Total : 3.75/5 - très bonne petite lecture :)

Une très bonne petite lecture qui a peut-être même frôlé le coup de coeur. Cependant, quelques éléments n'ont pas été assez élevés pour que la qualification ait lieu. La suite de mes mots vont vous faire comprendre le pourquoi du moment.
Selon l'auteur, nous allons suivre tout au long de ces 4 tomes une romance au coeur d'un jeu de cartes extrêmement populaire qui permet même de s'enrichir. Le tout dans un cadre réaliste de la vie de tous les jours. 

Durant cette aventure, nous allons suivre le personnage de Manaka, une jeune lycéenne et travailleuse, apparemment peu douée à ce genre de jeu car il semblerait qu'elle se fasse même battre par des élèves de primaire. Si Wizard's Soul permet de gager et gagner beaucoup d'argent, il faut savoir miser ses cartes avec prudence...
Cette imprudence mettra sur la paille la famille de Manaka. Son père, ayant acheté un tas de cartes pour une somme colossale, persuadé qu'à la sortie de la prochaine extension du jeu elles seraient cotées gros, déchantera vite quand sa fille lui annoncera qu'il s'est en réalité bien fait arnaquer, laissant donc une dette conséquente sur les épaules de sa fille sachant qu'il est au chômage. Courageuse et pour éponger les multiples crédits, Manaka tâchera de cumuler des heures supplémentaires dans la boutique vendeuse de cartes pour gagner encore plus d'argent et rembourser la somme due.  Consciente pourtant que cela ne sera pas possible de tout débourser en temps voulu, la jeune fille se lance dans une quête effrénée pour récolter des points qui lui permettront de participer au dernier grand tournoi en date et ainsi empocher la récompense. Mais comment une joueuse aussi médiocre peut-elle espérer ainsi approcher la victoire ? C'est ainsi que les véritables atouts de la demoiselle seront dévoilés lorsqu'elle entame de sérieuses parties... à l'aide de moyens souvent lâches et peu glorieux qu'elle aurait héritée de sa défunte mère...
Prête à tout pour sa famille, Manaka se transforme littéralement au fur et à mesure des pages et se met à dos ses amis, ses camarades de classe et d'entrée le garçon dont elle est amoureuse, Eita Ichinose qui l'aime également en secret. Bien sûr ses motivations sont tenues sous clé et la jeune fille sera désignée comme voleuse, tricheuse... et perdra l'affection et l'estime de son entourage.
Si la romance se veut au premier plan dans le résumé fait par la dessinatrice, elle n'en reste pourtant que minoritaire dans ce premier volume, elle est seulement esquissée par les pensées des deux protagonistes et ce, peu de fois du côté de la résignée Manaka. Si elle apparaît de prime abord sans coeur, c'est un personnage avec lequel j'ai beaucoup accroché. Elle est courageuse, aimante, sensible, et est prête à tout les sacrifices pour mettre sa famille à l'abri du besoin. Son passé l'influence fortement dans ses choix d'aujourd'hui et, à travers ses flash-back, on ressent tout le désespoir qui l'a accompagné et la résignation dont elle faisait preuve à toucher un paquet de cartes. Le souvenir et le respect ambigus qu'elle voue à sa mère s'instille fortement dans sa manière de penser et de jouer et c'est ainsi que Manaka se transforme, en devenant en quelque sorte, une copie de sa propre mère...
Si l'on s'attache aisément à la jeune fille, on en vient vraiment à s'imprégner de son personnage que lorsqu'on est projeté dans ses souvenirs auprès de sa mère. Quel type de mère est cette femme ?
Manaka n'a jamais vraiment su ce qu'était l'amour d'une génitrice. Elle n'a pu apprendre auprès d'elle qu'à l'hôpital, sa maman y passant tout son temps à cause de sa frêle constitution. De quoi parlaient-elles ? Quels étaient leurs échanges ? Rien de tout cela ! Cela se résumait à enchaîner des parties de cartes (même si dans ce monde, ne pas savoir jouer est rédhibitoire, on s'attend tout de même un peu à autre chose... ). Il faut savoir que la mère de l'héroïne est quelqu'un d'extrêmement faible physiquement mais de réputation imbattable aux cartes. Elle ne peut rien faire d'autre que de disputer des essais avec les infirmières, les patients, les médecins... ainsi cela a fait d'elle une joueuse aguerrie et redoutable... avec une technique effrayante et particulière. Sa façon de jouer est vicieuse, tordue, pervertie et son enfant s'en rend compte... la constitution de son deck est toujours liée de près ou de loin à la mort... Et à chaque fois qu'elle s'améliorait, la faucheuse semblait l'entraîner plus près de l'abysse. Manaka se fait désespoir : si elle arrivait à battre sa mère et à lui faire oublier cette obsession, peut-être qu'elle retrouverait sa vraie maman, une personne lumineuse, souriante, aimante !
De plus en plus faible jusqu'à à en mourir, la femme trouvera seulement du réconfort au contact de ce jeu qu'elle utilisera pour nouer des liens étroits avec la mort...
Cette façon puissante de jouer se retrouve dans le jeu de Manaka qui redoutait de l'employer mais qui le fera pour le bien de ses proches quitte à subir la haine de ses adversaires. 
Mine de rien, cette histoire de cartes n'est pas simple et pas rose. Elle est même assez noire selon moi...
Mais il n'y a pas que des passages tristes ou douloureux ! Quelques cases d'humour se découpent et font retrouver une atmosphère légère au tome : en la présence de l'adolescent amoureux, des deux meilleures amies de Manaka mais principalement de celles des deux petits sœurs jumelles de la demoiselle. Leurs petites bouilles et leur dévotion sont adorables ! Elles n'ont pas peur de mettre le pied dans le plat et leur design est si chou !
Le personnage de Manaka n'est pas inintéressant et ne cesse d'évoluer, il est vraiment poignant, on a envie de le suivre et on s'identifie rapidement à elle. On va de surprise en surprise et on apprécie la détermination et la froide logique de la jeune fille qui aimerait pourtant retrouver cette joie de vivre mais qui se laisse envelopper de la froide et lugubre concentration de sa mère lors de ses parties de carte sans avoir pitié de son adversaire.
Pour l'instant, on ne connaît pas grand-chose d'Eita mais j'ai hâte d'apprendre à le découvrir ! On a un avis extérieur sur Manaka grâce à lui et même s'il a des idéaux romantiques complètement risibles, il n'est pas niais ! S'il est amoureux de Manaka, il ne laisse pas tout passer et n'admet pas toutes les actions de la jeune fille et va même jusqu'à revoir ses sentiments. Son franc-parler est un atout comme une faiblesse et sa rancœur a quelque chose de touchant. Il reste fasciné par Manaka et j'ai bien envie de savoir comment va se développer la suite pour eux deux étant donné que la lycéenne lui a coupé l'herbe sous le pied...
On retrouve également le gérant de la boutique où travaille Manaka, un homme généreux et bon envers la lycéenne.
L'histoire va se concentrer sur l'accession de Manaka au tournoi, quitte à humilier ses adversaires pour gagner. On assiste à un combat à la fin et là, on ressent vraiment quelque chose ! Le début était quelque peu brouillon et je ne comprenais rien, je ne savais pas si j'étais franchement bête ou si effectivement il était normal d'avoir du mal. Mais le dernier chapitre m'a vraiment hypé et mise dans le bain et c'est lors de ma relecture immédiate du volume que je me suis vraiment dit "mais en fait j'adore" ! En vérité, le principe est simple même s'il y a beaucoup de choses qui sont peu ou mal expliquées et qu'on ne comprend pas... En même temps, l'évolution est assez sympathique parce que l'auteure prend la parole pour nous compter justement l'histoire de son manga. Si elle voulait composer un titre sur les cartes, elle n'en connaissait même pas les rudiments et a du apprendre petit à petit, un peu comme Manaka qui tâtonne à la recherche de son jeu.
Concernant les dessins, ils constituent pour ma part le point noir de cette série. S'ils sont doux, mignons, sympathiques et épurés, ils ne cassent pourtant pas trois pattes à un canard. C'est tout de même agréable à voir. Les défis ne sont pas assez spectaculaires à mon goût, je m'attendais à mieux, les premiers duels sont brouillons et perdent le lecteur. Les choses vont vraiment se corser par la suite et j'ai super hâte de me lire le second tome en ma possession.
En résumé c'est une petite série à suivre, pas prise de tête, que je vous conseille. Il faudra peut-être faire quelques recherches et se documenter sur les nombreuses subtilités du jeu mais la ténacité des personnages en vaut le coup. Si jamais, laissez une chance au deuxième tome pour vous faire une vraie idée, 4 tomes ce n'est rien et on se retrouve prochainement pour ma chronique suivante ;)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire